La confirmation pour 62 enfants du village

On l’a vu précédemment, la religion catholique tient une place très importante dans la société du XVIIIème siècle où elle est présente à chaque instant de la vie des contemporains. Elle est imposée aussi bien par les autorités religieuses que civiles. Nos ancêtres sont donc, pratiquement tous, pratiquants même si leur foi relève plus souvent de la culture, de la tradition, de l’éducation voire de la contrainte, que de la conviction.

Dans ce contexte, la confirmation de 62 enfants, qui nous est relatée par les registres paroissiaux en 1780, constitue un véritable événements pour la communauté de Vassincourt.

La confirmation

La confirmation est l’un des trois sacrements de l’initiation chrétienne avec le baptême et l’eucharistie. Ces trois sacrements sont indissociables.

Étienne François Xavier des Michels de Champorcin - Evêque de Toul

Etienne François Xavier des Michels de champorcin Evêque de Toul en 1780

A l’origine, la confirmation proprement dite n’existe pas; le baptême et l’eucharistie sont donnés simultanément au cours d’une même célébration pendant la veillée pascale. Progressivement, avec la pratique du baptême des nouveau-nés par le prêtre à la naissance, et pour préserver l’intervention de l’évêque dans le processus d’admission dans l’église catholique, la confirmation va apparaître. L’eucharistie, quand à elle, est célébrée par le prêtre. Ce sont ces pratiques qui ont cours au XVIIIème siècle.

Pour l’église catholique, la confirmation est une décision personnelle qui se prend « à l’âge de raison » (maturité spirituelle) et qui vient confirmer le sacrement du baptême. Il est donc obligatoire d’être baptisé pour la recevoir de l’évêque qui préside la célébration. La confirmation constitue, pour celui qui la reçoit, une marque indélébile et à ce titre elle ne peut être reçue qu’une seule fois.
Au XVIIIème siècle, la confirmation est donnée aux enfants entre 7 et 14 ans mais bien souvent au-delà car l’évêque ne passe que très rarement dans les villages. Sa venue, le 23 mai 1780 dans la région de Vassincourt, est un événement d’une grande importance que Claude Vaillier, le curé de la paroisse, ne manque pas de consigner dans ses registres.

62 enfants de Vassincourt confirmés à Contrisson

Au milieu des actes de mariage, baptême et sépulture, les registres de la paroisse de Vassincourt nous apprennent que le 23 mai 1780, 62 enfants du village, 27 filles et 35 garçons, partent à Contrisson, un village voisin distant de 6 kilomètres, pour y recevoir la confirmation en la présence de « Monseigneur Illustrissime et révérendissime Evêque Comte de Toul Prince du Saint Empire Etienne François Xavier des Michels de Champorcin natif de Digne, ci-devant Evêque de Senez« .

Registre paroissial de Vassincourt
23 mai 1780

Transcription de l’acte :

 » Le vingt troisième jour de may de la présente année mil sept cent quatrevint ont
été confirmés dans l’église de Contrisson : Jean Senfaute, Nicolas Huard, Pierre
Prudhomme, Pierre François Toussaint, Jacques Adnot, Sébastien Huart, Claude
Pierre Thomas, Jean Senfaute, Claude Baillot, Nicolas Arragon, Claude Barbier,
Florentin Grion, Jean Nicolas Prudhomme, Antoine Quentin, Jean Joseph Lombard
Jacques Adnot, Claude Georges Horville, Joseph Varin, Nicolas Thomas, Joseph
Thomas, Pierre Souel, Nicolas Arragon dit Clor, Antoine Arnould, Claude Arragon,
Jean Adnot, Claude Saudax, Jacques Thomas, Joseph Adnot, Pierre Horville, Jean
Saudax, Claude Varin, François Xavier Elloy, Nicolas Sauvage, Jean Huard,
Jean François Huard, Catherine Arragon, Marie Barbier, Marie Françoise
Souel, Marie Jeanne Colson, Marie Souel, Madeleine Huard, Catherine Horville,
Rose Saintot, Anne Barbier, Marie Adnot, Marie Rose Toussaint, Marie Baillot
Marie Poitel, Marguerite Sauvage, Elisabeth Horville, Barbe Arnould,
Marie Arnould, Anne Maybel, Catherine Huart, Marie Senfaute, Marie
Toussaint, Marie Hélène Grion, Marguerite Barbier, Françoise Arnould,
Thérèse Varin, Catherine Quentin, Barbe Arragon; tous habitants de Vassincourt
de fait et de droit excepté un, Jean Senfaute de droit de la paroisse de Mussey et de fait
de celle de Vassincourt à cause de sa qualité de domestique.
C Vaillier Prieur curé de Vassincourt « 

Les 62 enfants de Vassincourt ne sont pas seuls. Dans la petite église de Contrisson, ils rejoignent les 63 filles et 64 garçons du village et voient aussi arriver d’autres enfants de tous les villages alentour. C’est tout d’abord 61 garçons et 43 filles qui viennent de Mognéville, village voisin, 73 enfants de Rancourt, 229 enfants, 101 garçons et 128 filles, de Revigny, la ville distante de 5 kilomètres puis arrivent aussi les enfants d’Andernay et les 22 de Remenecourt les deux plus proches villages de Contrisson voilà aussi les 73 enfants de Rancourt qui viennent de parcourir 6 kilomètres et enfin ceux de Couvonges, 16 garçons, 23 filles, et les 85 de Brabant-le-Roi qui ont marché plus de 7 kilomètres.

Au total, c’est plus de 700 enfants qui convergent ce matin là vers le village de Contrisson pour recevoir à 11 h 30 la confirmation de l’évêque de Toul en personne. L’âge de ces jeunes est compris pour la plupart entre 7 et 16 ans mais il y a aussi plusieurs jeunes adultes entre 16 et 25 ans qui n’ont pas dû recevoir la confirmation lors de la précédente visite de l’évêque. Il y a même des adultes d’un âge avancé qui viennent recevoir ce sacrement comme ces deux hommes de Revigny Nicolas Moinot 55 ans et Nicolas Dargent 54 ans ou encore ce Claude Chamesson de Brabant-le-Roi qui est âgé de 70 ans.

Nos ancêtres marchaient beaucoup et ces distances parcourus ne constituaient pas un effort exceptionnel pour eux. Mais il faut s’imaginer ces foules, car les enfants devaient bien être accompagnés par leurs parents, convergeant vers Contrisson pour comprendre l’ampleur de l’événement pour toutes ces communautés villageoises.

Des documents exceptionnels

Entre l’acte de naissance et celui du mariage où l’acte de sépulture s’ils meurent en bas âge, les enfants laissent peu de trace dans les archives du XVIIIème siècle. Ces mentions consignées dans les registres paroissiaux des villages barrois permettent d’orienter les projecteurs sur la vie des enfants de ce siècle qui comme celle de leurs parents est fortement guidée par le religion. En cela, ces archives constituent des documents particulièrement intéressants pour les historiens. Ces informations sont également d’un grand intérêt pour les généalogistes qui peuvent, grâce à elles, mieux suivre les filles et les garçons des familles souvent nombreuses à cette époque.

 

Sources :
Registre de la paroisse de Vassincourt – 2 E 544 (1) – 1756 à 1792 – p. 176
– Registre de la paroisse de Mognéville – 2 E 348 (1) – 1756 à 1792 – p. 294
– Registre de la paroisse de Contrisson – E 93 1 E 11 – 1756 à 1782
– Registre de la paroisse de Couvonges – 2 E 138 (1) – 1756 à 1792 – P. 122
– Registre de la paroisse de Revigny – 2 E 436 (2) – 1778 à 1792 – p. 41 / 254
– Registre de la paroisse de Rancourt – 2 E 422 (1) – 1756 à 1792 – p. 100
– Registre de la paroisse de Remenecourt – 2 E 433 (1) – 1756 à 1792
– Registre de la paroisse de Brabant-le-Roi – E dépôt 50 (1 E 8) – 1778 à 1790 – P. 16
– Journal La Croix
– Site internet de « L’église Catholique en France »
– « Les refus du sacrement d’après les nouvelles ecclésiastiques 1756 – 1789 » – Mémoire de Céline Perez – Université Lyon III

Publicités

1791 – Litige sur les frontières communales

Vas

Registre des délibérations du Conseil Général de Vassincourt

La municipalité de Vassincourt se met en place

Ce sont les lois de l’Assemblée Nationale des 14 et 22 décembre 1789 qui créent les communes de France et fixent les modalités de fonctionnement de ces nouvelles structures.

Dorénavant, les membres et officiers municipaux seront élus par les citoyens actifs de la communauté. Dans son article 4, la loi du 14 décembre indique que le chef du corps municipal, porte le nom de maire. Le texte précise aussi les modalités d’élection des membres du corps municipal et des notables. Il décrit la composition du conseil général de la commune, fixe les responsabilités et explicite les modalités de fonctionnement du conseil.

Le maire est élu pour 2 ans tout comme le procureur. Dans une commune de moins de 500 âmes, comme celle de Vassincourt sous la Révolution, le corps municipal est composé de 3 membres, y compris le maire. Six notables, également élus, se joignent à ce corps municipal pour former le conseil général de la commune. Enfin, un secrétaire-greffier est nommé par le conseil.

Au début de l’année 1791, la nouvelle commune de Vassincourt a moins de deux ans d’existence. Le maire Jean ELLOY et son conseil se rôdent aux responsabilités de la gestion de la communauté. Ils manquent probablement d’expérience. L’une des premières affaires que ce conseil va devoir traiter, concerne un litige avec la municipalité de Neuville-sur-Orne.

1791 – Les frontières communales, objet d’un litige avec Neuville-sur-Orne

Le 17 avril 1791, Jean ELLOY, le maire, et l’ensemble du Conseil Général de Vassincourt, interpellent les administrateurs du Département de la Meuse, à propos du litige qui les oppose à la municipalité de Neuville, sur la délimitation du territoire des deux communes.

Ornain - 2015 10 25

La rivière Ornain

Le conflit perdure. C’est un terrain de 300 à 350 « jours » (1), soit une surface de l’ordre de 100 à 150 hectares, qui est au centre du conflit. Situé sur la rive gauche de l’Ornain, rivière qui coule entre les deux villages, ce terrain serait utilisé par les habitants de Neuville sur Orne sans qu’ils aient le moindre droit de propriété. C’est ce même terrain qui est revendiqué par les habitants de Vassincourt.

Dans sa délibération, le conseil général de Vassincourt fait remarquer qu’il n’y a pas, à cette époque, de pont sur l’Ornain pour accéder directement au terrain situé côté « Vassincourt » de la rivière, ce qui rend l’accès très difficile pour les habitants de Neuville, situés sur l’autre rive. Par ailleurs, ce terrain est souvent inondé et, comme les élus le font remarquer, il constitue une enclave dans le territoire de la commune de Vassincourt. Dans son argumentaire, le conseil évoque l’extrême pauvreté du village et les difficultés que celui-ci pourrait avoir à recouvrer et payer les deniers de la contribution foncière de ce terrain si celui-ci n’était pas clairement restitué à l’usage de la commune de Vassincourt.

Dans sa délibération, le conseil municipal implore les administrateurs du département de rendre un jugement en leur faveur ou, à défaut, de nommer une tierce personne pour trancher le différend comme le préconise un décret de l’assemblée nationale.

Cette délibération est une des toutes premières rendue par le conseil municipal de Vassincourt. Le texte est transcrit ci-dessous.

La délibération de la municipalité du 17 avril 1791

Jusqu’à la révolution, les actes étaient rédigés, dans leur immense majorité, par les curés, les notaires ou d’autres personnes qui possédaient une réelle compétence en matière d’écriture. Avec la révolution et la démocratisation de la gestion des institutions, la rédaction, comme celle d’un registre de délibération, revient à des élus qui n’en n’ont pas toujours la pratique courante dans leur activité professionnelle.

Le texte transcris ci-dessous est celui qui nous a été laissé par le conseil général de Vassincourt dans les registres des délibérations. Il est daté du 17 avril 1791. A sa lecture, on se rend compte que l’orthographe, la grammaire et la syntaxe sont très approximatives. Le maire, les officier municipaux et les notables du village ne sont pas encore rodés à cette pratique de l’écriture.

Dans la transcription ci-dessous, l’orthographe, la grammaire et la syntaxe du rédacteur ont été strictement respectées. Les noms propres des personnes ont été transcrits en lettres majuscules.

Texte de la délibération de la municipalité de Vassincourt du 17 avril 1791 :

« Registre de la municipalité de Vassincourt
pour servir aux délibérations et autre affaire
de la commune dudit Vassincourt contenant seize
feuilles cotté et paraphé par nous Jean ELLOY maire de la
ditte municipalité cejourd’huy trois avril mil sept cent quatre
vingt onze
J ELLOY
A Messieurs. Messieurs les administrateurs du
Département de la meuse
Supplient tres humblement le Conseil Général de
la commune de Vassincourt Disant que depuis très
long tems ils sont en différens avec la commune
de Neuville sur Orne leurs voisins au sujet des
limites de leurs finages lequel differens consiste en
ce que les supplians ont une contrée contenant
trois cents à trois cents cinquante jours de terre ou environ
dans laquel la commune de Neuville ny a aucune
propriété et que nonobstant cette derniere prétend être
leur finage quoi que laditte contrée enclavée très
difformément dans le territoire des suppliants c’est
ce qu’ils fonts voir dans le plan qu’ils ont l’honneur
de presenter. Les suppliants ont admirés avec plaisir
un decret de l’assemblée Nationale . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . .   qui dit que lorsqu’il y aura des
difficultés entre les communes au sujet des limites
de leurs finages que les deux municipalités concerterons
ensemble et que lors qu’elles ne saccorderons pas qu’il y
aura une tierce pour rompre les difficultés
Mais la commune de Vassincourt qui a toujours
été prudente et ne veut encore y manquer, ne veut

encore y manquer ne veut sen rapporter qu’à
une décision tel qui jugerons convenable M M les
administrateurs du département afin de les mettre
hors de tous procés des quelles il leurs serait
impossible de soutenir nétant pas en etat
rapport à leurs extreme pauvreté La consequence
de la difficulté n’a pas absolument Jenés les suppliants
que legerement mais la circonstance des déclarations
à faire et du recouvrement des denies pour la
contribution fonciere qui ne se pourra véritablement
faire qu’a grands frais par l’impossibilités
qu’il y aura de payer aux echéances des epôques
rapport à ce qu’il est impossible de pratiquer
Le village de Neuville tant par le debordement
des eaux que parce qu’il ny à point de pont
et quil faudrait donc prendre des détours de deux à
trois lieues, ce qui viendrait tres prejudiciable a la
pauvre commune de Vassincourt et peu profitable
à celle de Neuville Sur Orne
Cequi est dit à l’occasion de l’impossibilité
de pratiquer le village de Neuville n’est pas
momentané, car le plus souvent cest la moitié
de l’année à differentes epôques et surtout
lors que les eaux sont un peu forte
Les suppliants esperent que des faites des
Especes représentés à ces MM du Département
ne pourront etre Repondues qu’à leur faveur

1791 - Registre des délibérations du conseil général de Vassincourt

1791 – Registre des délibérations
du conseil général de Vassincourt

Vu que cela ne peut etre en aucune manière
prejudiciable ala commune de Neuville et que
très profitable à celle de Vassincourt
Ce consideré MM il vous plaise vu les
exposés cy joints ordonner que le terrain reclamé

par les suppliants sera déclaré etre sur le
territoire de Vassincourt au désir du plan représenté
afin de faire une ligne droite entre les deux finages
vu que cela ne peut prejudicier ala commune de
Neuville Sur Orne et très profitable à la commune
de Vassincourt tant par l’impossibilité qu’il y à
le plus souvent et la plus grande partie du tems
de pratiquer le village de Neuville que par les grands
frais qu’il en courreray contre les habitants de Vassincourt
chargé de payer la contribution foncière au désir
des décrets de l’assemblée nationale aux epôques
voulus par lesdits décrets et d’ordonner ce que ces MM
jugeront le plus convenable pour éviter toutes
difficultés et sera grâce et justice
Délibéré à Vassincourt le Conseil Général étant
assemblé dans la sale ordinaire de ses seances
ce dix sept avril mil sept cent quatre vingt onze et ont
les officiers municipaux et nottable dudit Vassincourt signé J ELLOY maire
J CHAPPERON P LOMBARD C SAUDAX J NOEL LALANDE C BAILLOT»

(1) – Jours : dans ce texte, il s’agit d’une mesure de surface ancienne qui correspond à la surface labourée en une journée de travail. On trouve plus fréquemment le terme de « journal » pour cette ancienne unité de mesure

Sources :

 – Archives Départementales de la Meuse – E dépôt 510 / 1
– Loi de l’Assemblée Nationale du 14 décembre 1789

Il y a 100 ans… 17 décembre 1914

94ème Régiment d'Infanterie à Bar le Duc

Le 94è Régiment d’Infanterie à Bar-le-Duc

Terrible fin d’année 1914

En aout 1914, la déclaration de guerre était survenue comme un éclair dans un ciel assombri, un éclair qui allait déchainer la tempête. Pourtant, nul ne pensait alors que cette guerre aller durer. Le 17 décembre 1914, il ne s’était écoulé que quelques mois depuis le début du conflit mais, pour les habitants de Vassincourt, que ce mois d’août paraissait loin tant il y avait eu d’événements dramatiques pour eux.
Deux jeunes soldats de Vassincourt tués aux combats dès le 22 août. Le 6 septembre, c’était la bataille de Vassincourt, une victoire, le village venait d’être libéré mais quel goût amère avait ce succès ; le village était ravagé et toutes les maisons détruites. Les familles sont dispersées dans les villes et les villages environnants voire plus loin encore. Fin septembre , deux autres soldats de Vassincourt étaient emportés et les épreuves continuaient à affliger le village et ses habitants. La fin de cette année terrible pour Vassincourt allait encore apporter le malheur.

Robert SAUDAX… un 5ème soldat de Vassincourt mort pour la France

Le 17 décembre 1914, Robert Jules SAUDAX, soldat de 2ème classe, âgé de 21 ans, était tué au combat à Zillebeke en Belgique.
Robert Jules Saudax était le fils de Charles Germain SAUDAX et de Thérèse MAYBEL. Né le 30 septembre 1893, il exerçait le métier d’agriculteur jusqu’à son départ à l’armée. Il a intégré le 26 novembre 1913, la 94ème Régiment d’Infanterie, régiment cantonné à Bar le Duc et entrait en campagne contre l’Allemagne avec son unité en août 1914. Après un court retour à Bar le Duc, il repartait au combat le 5 décembre 1914. Moins de 15 jours plus tard, il était porté disparu le 17 décembre 1914 à Zillebeke.

L’historique de 94ème régiment d’Infanterie décrit la situation les jours précédents cette disparition et nous éclaire sur ce qu’ont du être les dernières heures de Robert SAUDAX :

« Les Allemands viennent d’inaugurer de nouveaux travaux défensifs et, en face du Régiment, ont créé un ouvrage important, puissamment armé de mitrailleuses : le fortin de Zillebecke. »
« Le 16 décembre, le Bataillon Barbaroux attaque à fond. Deux colonnes d’assaut sont lancées, celle de gauche en avant (3ème compagnie, Capitaine Darthos, et 4ème, sous-lieutenant de Corny). D’un élan superbe, les jeunes soldats franchissent d’un bond les tranchées. Il est 11 h. 25. Le fortin parait abandonné, trois hommes arrivent au sommet; mais des feux violents partent de partout et couchent les assaillants au pied du talus.
Le sous-lieutenant de Corny est tué. La 3e Compagnie a perdu plus de 80 hommes.
Citation du Sous-Lieutenant de Corny : « Le 16 décembre 1914, a conduit vers un fortin allemand la colonne de droite du 94e et, sous un feu terrible, a réussi à en atteindre le talus, à s’y maintenir plusieurs heures Jusqu’au moment où il a été tué en cherchant encore à gagner de l’avant » ; Hommage à tous ces jeunes gens, tombés dans leur premier combat, entraînés par le désir de venger leurs aînés

Fin d’année 1914, Noël est proche mais il n’y a pas de trêve du malheur pour les habitants de Vassincourt. Les jeunes gens sont dans les tranchées, le village est détruit, la communauté des habitants est dispersée, la guerre s’enterre, s’enlise, et l’espoir s’éteint laissant place à la résignation.

Sources :
Historique du 94e Régiment d’Infanterie (Anonyme, A. Collot, 1920)
– Archives Départementales de la Meuse (Etat civil – Registres matricules)

Le monument aux morts

2007 01 01 - 033 - D200 - Vassincourt - Monument aux Morts

Monument aux Morts de Vassincourt

Le monument aux morts de Vassincourt est situé dans la rue principale, rue du 15ème Corps, devant la mairie. Il a été élevé à la mémoire des seize victimes militaires et des sept victimes civiles de la 1ère Guerre Mondiale.
La mention suivante est inscrite sur le monument : « Vassincourt à ses Glorieux Morts 1914 – 1918.  Commune citée à l’ordre de l’Armée le 3 décembre 1920 »

Les 16 victimes militaires :
Arragon Georges
Baillot Henry
Beck Julien
Colin Paul
Elloy Arthur
Georget Marcel
Henriet Albert
Horville Fernand
Horville Paul
Lesure Adolphe
Monplonne Jules
Nau Fernand
Saudax Georges
Saudax Robert
Sauvage Henri
Tabary Célestin

Les 7 victimes civiles :
Barnabe Emile
Mlle Duhamel E
Fabry Emile
Sauvage Alcide
Sauvage René
Victor Nicolas
Mme Victor N