La course cycliste

En ce début d’après-midi, du samedi 29 septembre 1894, Vassincourt est en effervescence. Dans la rue principale, les habitants sortent des chaises et s’installent confortablement. Dans les champs, l’attention des hommes est moins au travail qu’à ce qui va se passer sur la route de Revigny d’une minute à l’autre. Tous les visages sont tournés vers l’ouest… Ce tableau, c’est très probablement celui que le village a offert à l’occasion de l’un des événements sportifs les plus importants de cette fin de siècle : la course cycliste Paris Bar-le-Duc.

La course cycliste Paris Bar-le-Duc

Représentation du motif du monument aux frères Michaux à Bar-le-Duc – source : gallicanisme.bnf

Depuis la première course cycliste organisée le 31 mai 1868 dans le parc de Saint-Cloud, l’engouement du public pour la bicyclette et les courses cyclistes va croissant. Sponsorisé par des fabricants, le cyclisme est l’un des premiers sports à devenir professionnel et les grands champions de l’époque sont dès lors de véritables idoles du public.

En 1894, le journal « Le Vélo » décide d’organiser une grande course cycliste reliant Paris à Bar-le-Duc. L’événement doit coïncider avec l’inauguration, à Bar-le-Duc, du monument à la gloire des frères Michaux, originaires de Bar-le-Duc, à qui l’on doit l’invention du pédalier. Le parcours, après avoir traversé la Seine et Marne et la Champagne, arrive à Sermaize-les-Bains avant d’entrer en Lorraine et de passer à Vassincourt et Fains pour rallier Bar-le-Duc.

L’événement s’annonce comme un énorme succès populaire comme le souligne l’hebdomadaire « Le Véloce-Sport » dans son édition du 27 septembre 1894 :

« … Quant à la grande course sur route, Paris Bar-le-Duc, de nos amis du vélo, elle s’annonce comme un succès sans précédent avec ses 350 engagés, comprenant toutes les premières « étoiles » de la route, renforcées par un bon lot de coureurs de vitesse qui espèrent tenir la distance. …»

La course est longue de 250 kilomètres, et c’est finalement à 212 coureurs que le départ est donné, le 29 septembre 1894, à 6 heures 15 du matin, à la Fourche de Champigny.

Lucien Lesna vainqueur

La course est longue et épuisante sur des vélocipèdes lourds qui n’ont rien à voir avec les machines légères que nous connaissons aujourd’hui.

Au passage à Châlons, la situation de la course est décrite en ces termes dans le journal « Le Courrier de Verdun »

« A Châlons, Waller est passé premier à midi 6 minutes.
A midi 17 arrivait Lesna.
A midi 33, en tandem, viennent Pachot et Ducom. …»

Lucien Lesna vainqueur de Paris Bar-le-Duc en 1894.

A Vitry-le-François, à 50 kilomètres de l’arrivée, c’est l’hebdomadaire « Le Véloce-Sport » qui nous donne la situation :

« … Vitry-le-François (205 kil.) Lesna, ici est en tête, son avantage s’accentue et il est dès lors facile de le pronostiquer comme vainqueur ; il a en effet la course en main et son allure facile, quoique terrible, est chaudement commentée ; il signe à 1 h 28 et repart avec une avance de 20 minutes sur Thé, second à 1 h 46. »

L’ordre des premiers coureurs ne variera plus. A Vassincourt, c’est Lucien Lesna qui traverse le village en tête, entouré d’une dizaine de cyclistes qui l’entraîne. Il est suivi par un autre Français, Marius Thé, quelques dizaines de minutes plus tard, puis viennent le tandem Ducom-Pachot, l’américain Waller et le français Fossier.

Il ne reste plus que douze kilomètres avant l’arrivée et c’est dans une ville en fête que la course se termine.

Bar-le-Duc fête les frères Michaux et le cyclisme.

Les journaux de l’époque relatent l’arrivée des coureurs dans une ville en liesse.

L’avenir de la Meuse du 4 octobre 1894 :

« La course Paris Bar-le-Duc, qui a captivé l’attention de toute la France vélocipédique, avait attiré samedi après-midi, rue de la Banque, une foule de nos concitoyens.
La musique du 94e était placée près du poteau d’arrivée et a salué les premiers coureurs de morceaux choisis. … »

Le Véloce-Sport du 4 octobre 1894 :

Article paru dans le Véloce-Sport le 4 octobre 1894

« … L’arrivée – A Bar-le-Duc, tout est en fête et la ville est splendidement décorée ; partout des mâts, poteaux oriflammes, drapeaux, etc. réjouissent l’œil ; les lanternes de couleur, les ballons vénitiens, les verres lumineux sont posés pour le soir et la circulation dans les rue est grande. C’est dans la rue de la Banque, splendide voie très large … que doit se faire l’arrivée… Lesna passe dans un dernier emballage au poteau d’arrivée à 3 h. 18 »

Le courrier de Verdun :

« … A Bar le Duc, à deux heures, plus de 10000 personnes attendaient les coureurs. »

* * *

La course est remportée par Lucien Lesna, 31 ans, le meilleur cycliste de l’année. Il remporte là sa troisième grande victoire après Bordeaux Paris et Paris Saint-Malo. Le second, le Marseillais Marius Thé qui a 23 ans, est également un des plus grands coureurs de l’époque. Il disparaîtra au front en septembre 1915. Finalement, seuls 42 concurrents sont arrivés avant la fermeture du contrôle à Minuit.

Les fêtes se sont poursuivies le lendemain 30 septembre, à Bar-le-Duc avec notamment l’inauguration du monument des Michaux et des courses cyclistes disputées dans la ville.

Sources :

– gallica.fr / BnF – « Le Véloce-Sport »
– Archives départementales – La presse meusienne de 1894

Publicités