Paul Horville, un soldat courageux de Vassincourt

Il y a 100 ans, le 16 juillet 1917, Paul HORVILLE était tué au combat. Il devenait ainsi le 15ème soldat de Vassincourt « Mort pour la France ». Son dernier combat a été un acte de bravoure qui permet de dire que Paul Horville était un combattant courageux. Pourtant, ses premiers contacts avec l’armée ne laissaient pas présager une carrière militaire de brillant soldat.

Ajourné par le conseil de révision

Paul HORVILLE est de la classe 1914. Né le 7 juillet 1894 à Vassincourt, il est le fils ainé de Jules HORVILLE, tuilier à Vassincourt, et de Maria BERGER. En 1914, l’année de ses 20 ans, il est dans la vie active et exerce la profession d’ouvrier en ressort. Comme tous les jeunes de son âge, il est convoqué au conseil de révision à Revigny en juin 1914. Ce jour là l’armée l’écarte et la commission de réforme prononce un ajournement pour « faiblesse ». Un mois plus tard, la guerre est déclarée mais Paul HORVILLE n’est pas appelé par la mobilisation générale du 2 août 1914.

Affichette ‘Bon pour les filles’ utilisée par les conscrits à l’issue du conseil de révision

La guerre devait être courte mais trois mois après le début des hostilités et des pertes humaines déjà effroyables, la guerre s’enlise, les armées se terrent dans des tranchées et les états-majors ont besoin de lever de nouvelles troupes. C’est ainsi que le 24 octobre 1914, Paul HORVILLE appelé à nouveau par le conseil de révision mais cette fois, il est déclaré « bon pour le service armé ».
Il est affecté au 94ème régiment d’infanterie où il arrive le 20 décembre 1914. Il y restera peu de temps.

Blessé à la bataille de la Somme

Après son baptême du feu en Argonne au 1er semestre 1915, Paul Horville est transféré, le 7 août 1915, au 16ème bataillon de chasseurs à pied sur décision du général DEVILLE commandant la 42ème Division. Soldat dévoué, sa progression est alors rapide : il est nommé soldat de 1ère classe le 27 octobre 1915 puis caporal le 4 janvier 1916.

A partir d’avril 1916, le bataillon prend part à la bataille de Verdun qui vient de se déclencher. Positionné dans le bois de Caurette entre Cumières et le Mort-Homme, l’unité résiste brillamment aux assauts allemands, sans lâcher prise, sans reculer, mais au prix de la perte terrible de la moitié de son effectif. Paul HORVILLE traverse cet enfer. Fin mai, le bataillon quitte le secteur de Verdun pour un secteur plus calme dans les Vosges.

Mi-septembre 2016, le bataillon va rejoindre un autre enfer, celui de la bataille de la Somme. Fin octobre, le bataillon est positionné aux abords de Sailly-Saillisel dans la Somme et la météo est effroyable. C’est dans ces circonstances que Paul HORVILLE va être blessé. Le journal des marches et des opérations du 16ème bataillon de chasseurs à pied en précise les circonstances.

Extrait du J.M.O du 16ème bataillon de chasseurs à pied

« Dimanche 29 octobre : […] des organisations ennemies se sont révélées entre Sailly-Saillisel et Saillisel […] il importe essentiellement de les détruire […] Le tir de notre artillerie commencé à 6 h finit à 18 h […] sur tout le front du bataillon les organisations ennemies sont restées intactes […] pertes de la journée : une soixantaine d’hommes […] dans les reconnaissances après le tir.
Lundi 30 octobre : Rien d’important à signaler. L’ennemi travaille énormément dans une tranchée en avant et à l’ouest de Saillisel […] Le mauvais temps empêche toute organisation sérieuse. Les hommes sont dans la boue jusqu’aux genoux […] perte de troupe : un vingtaine d’hommes environ.
Mardi 31 octobre : à 10 h 50 commencement d’un violent bombardement sur tout le secteur occupé par le bataillon […] jusqu’à 6 heures le 1er novembre. »

Hôpital militaire n°5 de Rennes

C’est au cours de ces bombardements que Paul HORVILLE est blessé par un éclat d’obus à la tête (région frontale gauche). Il entre à l’hôpital d’évacuation 32 SP 150 le 1er novembre puis est alors progressivement évacué vers l’arrière. A l’hôpital 7 d’Amiens le 2 novembre, vers Rennes le 10 novembre puis dans différents hôpitaux de cette ville jusqu’à son rétablissement. Il sort le 18 janvier 1917 et part pour une permission de 7 jours.

La guerre dure maintenant depuis plus de 2 ans et malgré des pertes effroyables des deux côtés, personne n’entrevoit la fin du conflit. Les batailles de la Marne, de Verdun et de la Somme n’y ont rien fait, une bonne partie de la France est toujours occupée, les armées sont terrées dans leurs tranchées… Paul HORVILLE, malgré ses deux années de combat et sa blessure va devoir rejoindre son unité et poursuivre la lutte.

Il y a 100 ans… Paul HORVILLE est tué le 16 juillet 1917

Fin janvier, Paul HORVILLE réintègre le dépôt divisionnaire, puis rejoint son unité, le 16ème BCP à Bouvancourt dans la Marne. Le 18 mars, il est affecté au 56ème bataillon de chasseurs à pied, d’abord à la 10ème compagnie puis à la 8ème le 24 mars. Le bataillon est alors en position aux abords du fort de Vaux dans la région de Verdun. Début mai, le bataillon fait mouvement vers le camp de Mourmelon-le-Grand et cantonne le 7 mai dans la région de Villotte-devant-Louppy à quelques kilomètres de Vassincourt.

Revue de chars Saint-Chamond le 14 juillet 1917 au camp de Champlieu dans l’Oise

Après une période de repos, le bataillon est mis à la disposition de Général Estienne commandant l’artillerie d’assaut qui est composée des premiers chars de combat. Pendant un mois, les différentes « compagnies exécutent au camp de Champlieu […] des exercices de détails avec les groupements d’artillerie d’assaut ».

Le 9 juillet, le 56ème bataillon quitte l’Oise et le camp de Champlieu pour rejoindre le front dans la Marne. Le 14, ordre est donné à l’unité de se porter en soutien du 324ème régiment d’infanterie qui doit attaquer dans le secteur du Téton.

La 8ème compagnie de Paul HORVILLE, va participer à ces combats. Le journal des marches et des opérations du 56ème bataillon de chasseurs à pied nous relate la suite des événements :

Extrait du J.M.O du 56ème bataillon de chasseurs à pieds

« 14 juillet : […] le bataillon quitte Baconnes à 20 heures et se porte à l’emplacement fixé, après avoir traversé un violent tir de barrage d’obus spéciaux. […] Au cours de la nuit, la 8è Cie qui se trouve dans le boyau du chat a quatre tués et 8 blessés […]
15 juillet : […] la matinée est assez calme. Dans l’après midi, l’ennemi reprend un bombardement violent sur nos positions […] Le bataillon […] reçoit l’ordre d’aller relever […] dans le quartier des Gascons […] le IV bataillon du 324

Plan des tranchées dans le secteur du Téton en juillet 1917

16 juillet : […] La relève se fait en plein combat vers deux heures […] la 8è Cie […] à gauche ayant deux sections en ligne, l’une entre le point D et la tranchée des Gascons, l’autre dans cette tranchée […] Dans la matinée, bombardement régulier et de plus en plus violent de nos premières lignes et des boyaux d’accès par des obus de tous calibres, surtout artillerie lourde réglée par avions. […] le pilonnage de nos lignes continue toute l’après-midi et vers 18 heures, l’ennemi passe à l’attaque. La section de la 8è Cie, prise entre deux feux se replie en combattant à la grenade. L’aspirant Tardieux qui la commande est tué. […] du PC d’Agen on suit très bien toutes les péripéties du combat qui dégénère en corps à corps. […] la situation se stabilise vers 19 heures, tous les efforts de l’ennemi sont enrayés. « 

En cette journée du 16 juillet, les pertes du 56ème bataillon sont très importantes : 23 tués, 41 blessés et 28 disparus. C’est lors de cette furieuse bataille que Paul HORVILLE est tué. Dans son dernier combat, il a exprimé tout le courage dont il a su faire preuve au cours de son parcours militaire. Sa vaillance va être reconnue par une citation à l’ordre du bataillon.

Croix de Guerre avec étoile de bronze

Croix de guerre avec une étoile de bronze

Le 11 août 1917, Paul HORVILLE fait l’objet d’une citation à l’ordre du 56ème bataillon.

« Chef d’escouade d’un courage remarquable et d’un bel exemple pour ses hommes.
A été tué en entrainant ses hommes lors d’une contre-attaque ennemie ».

Cette citation s’accompagne de l’attribution de la croix de guerre avec étoile de bronze.

A tout juste 23 ans, le caporal Paul HORVILLE est le 15ème soldat de Vassincourt tué à la grande guerre. C’est assurément l’un des plus valeureux. Lors de sa courte existence, il a montré un engagement fort dans sa carrière militaire, un courage immense et une détermination à libérer sa commune, sa région et son pays de l’oppression allemande.

 

Sources :

Archives Départementales de la Meuse : registres d’état-civil de Vassincourt
– Site internet Mémoires des Hommes : fiche ‘Mort pour la France’
– Archives Départementales de la Meuse : 1 R 637 – Registre matricule
– Site internet Mémoires des Hommes : Journal de Marche des Opérations du 16ème BCP
– Site internet Mémoires des Hommes : Journal de Marche des Opérations du 56ème BCP
– Historique du 16e bataillon de chasseurs à pied (Anonyme)
– Historique du 56e bataillon de chasseurs à pied (Metz – Imprimerie Lorraine)

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s